Biographie.

Né mi-juillet , à peu près, je sais plus quelle année, mais de toutes façons on s'en fou.

A apprit à dessiner très tôt (il faut le dire ça fait bien !!), au moins à 4 ans il dessinait déjà sous l’œil attendri de sa grand-mère. Entre alors à l'école de Beaux Arts de Saint-Étienne sous la coupelle d’Eric Van der castel son professeur de dessin académique où il a vite pris sa place.

S’intéresse de loin à un groupe de barbouilleur qui peint à l'arrache en faisant plein de taches, les "impressionnistes". Devant leurs difficultés à s'en sortir, les aide à fonder le Salon des refusés qui s'ouvre à Paris le 15 mai 1863 en marge du Salon officiel. Se lie d'amitié avec Claude Monet à qui il offre en 1883 une petite bicoque dans un coin paumé, Giverny je crois me souvenir, pour héberger sa famille. Mais Monet qui fait toujours le pitre, tombe dans l'eau en se prenant pour une nymphe et y disparaît avec la peinture.

Décide d'aller dans le sud, à Aix en Provence, et change donc de copain pour un grincheux solitaire qui passe son temps à râler et peintre le même caillou. Le caractère irascible de Cezanne mettra fin à cette belle amitié pour une vague histoire de pomme...

Rencontre avec un jeune peintre plein d'espoir qui souhaite renouveler la peinture en refusant le point de vue unique pour une simultanéité de différents points de vue. Le jeune PICASSO baptise cette idée le "cubisme", alors que lui il était contre et il lui avait bien dis que ça ne marcherait jamais son truc.

Fréquente très brièvement le groupe surréaliste ou il rencontre le peintre Salvatore DALI, mais l'intransigeance du chef de fil André, dit « dédé le Breton » qui est né en réalité à Tinchebray dans l'Orne (mais « dédé l'orne » ça sonnait pas bien) et l'arrivisme de salvatore, un paranoïaque qui ne supporte aucune critique (surnommé à juste titre « Avide à dolars »), le font quitter le groupe, car « peindre ses rêves » c'est bien beau, encore faut-il s'en souvenir le matin. DALI, dont l'orientation sexuelle n'est pas encore bien stabilisée, le suppliera de rester vivre avec lui et Amanda Lear, mais il se casse quand même et DALI se rabattra sur la première pétasse venue en gala.

Par la suite, rencontre un jeune sculpteur italien et fauché au 46 rue Hippolyte-Maindron (14e arrondissement) qui se prend pour Michelange mais ne lui arrive pas à la cheville. Attend la gloire en levant les yeux au ciel longtemps avec Alberto GIACOMETTI.

Rencontre le peintre François JAMBON qui termine alors son CAP de boucherie-charcuterie, de Trouville sous bagneux, et à qui il conseille d'angliciser son nom pour faire mieux. Le nouveau « Francis BACON » charcute son modèle comme un boucher pour atteindre les qualités de chair, la viande, la bidoche, la barbaque.

Dans le même registre, rencontre le petit fils du célèbre obsédé Sigmund FREUD qui ramène tout au cul. Comme il ne voulait pas poser à poil dans cette famille de taré, Lucian FREUD réalisera son « portrait au chapeau » en 1979. C'était long, et il s'est bien fait chier comme le montre la photo.

Rencontre le chanteur Jean FERRAT à qui il offre son portrait à la mine graphite. Il a l'air bien content sur la photo bien que le dessin ne soit pas terrible.

Offre aussi un de ses dessins au célèbre peintre Andrew WYETH pour lui montrer comment on dessine un arbre à la mine graphite.

Première rétrospective de son œuvre à NEW YORK, après un succès retentissant à la MJC du coin. Les gens s'exclament « Oh ! Comme c'est joli ! » et font pleins de photos avec leur Iphone de merde sans regarder ce qu'il ont sous les yeux. Et ça, ça me gonfle dans les musées !

 

Après un succès mitigé auprès de la critique entre en dissidence par rapport à la sphère artistique, ses copinages et ses magouilles. Accepte alors d'enseigner les choses de l'art à des adolescents boutonneux et blasés qui n'en n'ont rien à foutre, mais bon, c'est juste pour le beafsteack et payer les factures EDF. Vu comme l'éducation nationale traite ses enseignants…

Interné d'office pour mythomanie agravée, se retire alors de la vie publique pour entrer en décroissance et s'installer au Moulin du pecher vers Duerne (Rhône) où il y vit et "travaille" actuellement.